Partagez | 
 

 Continents à la dérive, qui m'aime me suive.

Aller en bas 
AuteurMessage
Samuel Hall

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Mar 27 Sep - 18:44

La Mer D'Argent n'était plus ce qu'elle prétendait être une fois la nuit tombée. Son eau clair et transparente devenait un liquide noir et sinueux, qui au fil des vagues rampait jusqu'à vous et vous léchait les pieds, prête à vous emporter si elle le pouvait. Et Dieu seul sait combien son pouvoir était grand.
Les vagues huileuses masquaient les bruits de pas du jeune homme qui surveillait, tendu mais parfaitement calme, la plage.
Peu à peu, il dérivait. Ses pieds rencontrèrent la mer, ses chevilles... ses tibias... ses cuisses... son corps.
Il nageait lentement, très lentement histoire ne pas se faire repérer. Il plongea doucement et commença à rejoindre le navire.
L'Evasion était le rêve de liberté de beaucoup d'almédiens et beaucoup tentait de s'enfuir à son bord... mais beaucoup se faisait attrapé et tué aussi...
Mais Samuel Hall était bien décidé à ne pas subir le même sort. Il ne pouvait supporter sa vie ici, oh ! on s'habitue vite à la puanteur oui ! on s'habitue à la pauvreté, à la compression, aux larmes, aux visage défaits... mais quand vous avez une mer vous criant monts et merveilles, à votre avis, comment voulez-vous que les almédiens réagissent ? Particulièrement les almédiens comme Samuel... Il fut un temps où Samuel était heureux... oui...
Mais, maintenant qu'il était sous l'eau, il ne pouvait plus trop s'embêter avec ce genre d'histoires.
Il ne voyait strictement rien, il avançait à l'aveuglette mais il avait à peu près retenu la position du vaisseau qui avait abordé quelques jours plus tôt. Il avait aussi peu retenir les rondes des gardes et quand est ce qu'il est préférable d'aborder. Tout le monde dormait, même la sentinelle piquait du nez. Samuel grimpa comme il put, s'accrochant aux cordages et aux ornements, se collant bien contre l'Evasion pour qu'on ne le remarque pas. Il inspecta le pont et quand il fut sûr de ne pas se faire remarquer, il posa pied sur le bateau. Il courra à pas de loup jusqu'à l'arrière, certain qu'il ne rencontrerait personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esha Minds

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Mar 27 Sep - 20:21


Quand elle aperçut enfin le grand bateau, elle ne put s’empêcher de soupirer. C’était donc vrai. Toutes les rumeurs qui circulaient dans le quartier central étaient fondées. Le navire qui reposait près de la côte, sagement gardé par les patrouilles du roi existait bel et bien. D’où venait-il ? Etait-ce vraiment possible qu’il puisse traverser la Mer d’Argent ?

Il était apparu il y a quelques jours, et malgré l’effort du gouvernement pour le faire passer inaperçu, tout le monde avait été informé. Alors le roi avait interdit l’accès aux plages, pour être sûr que personne ne s’échapperait. Mais Esha n’en avait cure. Rien ni personne ne pouvait lui interdire quoi que ce soit. Surtout pas Erick Ier.
Elle se faufila de rochers en rochers le plus discrètement possible. Depuis un an, elle était obligée à traîner dans les rues, à se cacher dans les recoins, tel un chat de gouttière. Sur Almédia, on apprenait la discrétion très tôt. Et rejoindre ce bateau sera un jeu d’enfant pour la jeune femme. Les patrouilleurs étaient de triples buses, et leurs lampes-torches les aveuglaient.

C’était la nuit, une nuit sans lune. Le moment parfait pour enfreindre les règles. Esha profita d’une seconde d’inattention de la part du garde pour se glisser dans l’eau, après avoir avalé une grande bouffée d’air. Elle nagea sous l’eau le plus longtemps possible, histoire de s’éloigner sans bruit du ponton surveillé.
Après une interminable nage, elle arriva enfin devant le navire. Il était trois fois plus imposant maintenant. Sur sa proue elle voyait déjà danser la liberté, la découverte, l’aventure. C’était si exaltant. Elle allait enfin pouvoir quitter cette île de malheur, cette affreuse misère, cette écœurante violence.

Elle grimpa une corde et arriva finalement sur le pont de l’Evasion. Elle sauta le bastingage et souffla un peu, fière d’elle. A l’arrière du bateau, les sentinelles ne pouvaient pas la voir. Espérons maintenant qu’elles ne se baladaient pas sur le navire la nuit…

Elle se mit en quête de la cabine du commandant quand un homme déboula sans qu’elle l’entende. Dans la pénombre, elle ne voyait pas à quoi il ressemblait alors dans le doute… elle frappa. Le poing dans la mâchoire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Hall

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Mar 27 Sep - 22:39

Samuel n'en avait pas l'air, mais il était particulièrement nerveux. Son cœur résonnait dans sa cage thoracique et sa respiration était saccadée. Il avançait toujours avec lenteur, paniqué à l'idée de se faire prendre. C'était la mort assurée si c'était le cas. A trop surveiller ses arrières, il fut pris par l'avant : à peine eut-il le temps de tourner la tête qu'il se prit la patate de sa vie.

C'est allé très très vite, le coup ne fut pas assez puissant pour le faire basculer, ce qui aurait été la cata, mais il le fut assez pour l'assommer. Persuadé qu'il avait en face de lui un garde, il réagit par réflexe malgré sa vue trouble : il attrapa ses poignets. Trop nerveux pour le remarquer, il ne vit pas leur finesse. Samuel le plaqua contre un mur, étouffant sa bouche de sa grosse mains rugueuse.


- Alors je vais être très clair, soit tu continues ta ronde sans m'avoir vu, soit tu vire. Et je n'hésiterais pas.

En fait si, il hésitait et beaucoup. Car maintenant qu'il voyait bien qu'il prenait le dessus, il remarqua enfin que le garde était une garde. Il fronça des sourcils, perturbé, mais ne le fit pas voir. Il ne faut pas montrer qu'on est intrigué, ça peut se retourner contre soi. Il planta ses yeux dans ceux apparemment plus clair de la femme. Indécis de la démarche à suivre.
Samuel n'est pas du genre à faire des conneries de ce genre et tomber dans la barbarie, encore moins envers une femme, mais là, il s'agissait de vie.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esha Minds

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Mer 28 Sep - 18:32


Les choses semblaient finalement plus compliquées qu’elle ne l’avait prévue. En fait, elle ne pensait pas à ce qu’elle faisait quand elle avait frappée l’inconnu. Elle aurait dû se douter qu’elle n’aurait jamais eu la force de le faire chanceler et qu’elle aurait pu mettre sa défense en danger. Toujours est-il qu’elle se fit avoir comme une débutante : l’homme lui attrapa les poignets et la plaqua contre la paroi de bois. Il plaqua sa main sur sa bouche et murmura :

- Alors je vais être très clair, soit tu continues ta ronde sans m'avoir vu, soit tu vire. Et je n'hésiterais pas.

Quelque chose n’allait pas. Elle fixa l’homme. Bien que la pénombre lui cachait la plupart de ses traits, il était grand et plutôt costaud, vu sa poigne. Elle vu dans son regard qu’il hésita un très court instant en voyant qu’elle était une femme et en profita pour balancer son genou entre ses jambes, point faible de tous les hommes.

L’inconnu relâcha son emprise et étouffa un juron en se pliant en deux. Elle se dégagea et sortit son poignard, qu’elle appuya sur le ventre de l’homme. Elle voulait juste lui faire peur et espérer ne pas avoir à faire couler le sang aujourd’hui.

- Arrête de faire autant de raffut, tu vas nous faire remarquer.

Il était aussi trempée qu’elle en fait. Cela devait être un clandestin, comme elle. Et si ça se trouve, il ne savait pas contrôler sa magie lui…
Elle rengaina son poignard, tout en restant sur ses gardes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Hall

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Sam 1 Oct - 19:17

La femme aux traits brouillons parce que nocturnes était trempée et froide, Samuel en relâcha un tantinet même son emprise. Sauf que la demoiselle en décida autrement car apparemment ce n'était pas assez : son genou vint cogner violemment l'organe majeur de Sam. Sous le coup, il en perdit le souffle en délivrant à la lune le plus beau des grognements douloureux. C'eut un avantage (malheureusement pas pour lui) : la femme était libre. Elle était habile et rapide, à peine eut-elle balancé son genou qu'elle pointait déjà un couteau sur le ventre de Hall.

- Arrête de faire autant de raffut, tu vas nous faire remarquer.

Le coeur battant la chamade,, la respiration haletante (il n'était pas habitué à ce genre de pression), les gouttes de sueurs se mêlant à celles salées... Sam n'avait pas bonne mine, il en était presque pathétique. Et ce regard clair et dur. Et ce couteau sur le ventre.
Il déglutit. Se faire remarquer ? Mais ça c'était certainement déjà f... Nous ? La peinture grise de son visage se fit déroutante. Elle avait dit "nous" ? Ce pouvait-il qu'elle soit... ? Il préféra poser la question, à double sens bien sûr, on est jamais trop sûr.


- Vous êtes qui ?

Il soupira lourdement mais sans bruit : elle venait de ranger son arme. Il n'était vraiment pas habitué à ce genre de stress...
Samuel n'avait été dans le passé qu'un simple libraire parmi tant d'autres. Mais les gens avaient cessé de lire... il vivait avec honneur à cette époque... et le voilà en train de menacer une femme. Et le voilà à fuir. Et le voilà, embarquant clandestinement... Il soupira une énième fois. Puis des pas se firent entendre. Sans réfléchir, il l’attrapa par l'épaule et ils contournèrent les cabines sur la pointe des pieds. Priant les dieux qui ne voulaient pas exister de ne pas faire grincer le plancher. Il l'attira contre lui pour mieux lui couvrir la bouche d'une main...
Les pas se faisaient de plus en plus proches et lourds... la sentinelle se retrouva à l'endroit où les deux hors-la-loi se tenaient il y a deux minutes. Allait-elle remarquer le sol mouillée... ? Manifestement non car il lui sembla l'entendre repartir. Tellement soulagé qu'il en referma les yeux... pour les rouvrir, pesant de reproches contre la demoiselle. Il reprit mot par mot.


- Arrête de faire autant de raffut, tu vas nous faire remarquer.

Maintenant on dit merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esha Minds

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Dim 2 Oct - 21:06


Cet inconnu la gênait. En effet, s’il n’avait pas été là, elle aurait été bien plus concentrée sur ce qui se passait autour. Et aurait entendu bien avant les pas qui se dirigeaient tout droit vers eux.

Heureusement, l’homme réagit plus prestement qu’elle : il l’attrapa par l’épaule et déguerpit le plus discrètement possible, l’entrainant à sa suite. Ils se cachèrent dans un recoin sombre, et Esha se surprit à croiser les doigts. Elle avait l’impression que le bruit discret de l’eau qui gouttait de sa chevelure s’entendait jusqu’à l’autre bout d’Almédia. Merde. Elle détestait être obligée de collaborer avec quelqu’un. Un duo, c’était toujours une source d’ennuis !

Ils restèrent immobiles pendant un long moment, attendant que cette fichue sentinelle descende du bateau. L’homme avait même mis sa main contre la bouche de la jeune femme, ce qui avait contribué à mettre plus en rogne Esha.

Finalement, les pas s’éloignèrent vers l’avant du bateau et une voix au loin cria qu’il n’y avait rien de suspect à bord. Esha en profita pour s’éloigner de l’homme, bien trop près d’elle à son goût.
Il semblait énervé, lui aussi, car il reprit mot pour mot sa phrase avec un air atrocement sarcastique :

- Arrête de faire autant de raffut, tu vas nous faire remarquer.

Elle lui lança un regard noir, qu’il n’aperçut sûrement pas à cause de la pénombre et alla vérifier que la voie était libre. Apparemment, le garde avait déserté le bateau, mais il ne fallait pas croiser de matelots. Au moins ce soir…

- Il faut qu’on trouve un endroit où se cacher, chuchota-t-elle à l’homme qui était derrière elle

Elle ne savait toujours pas qui il était mais n’en avait cure. Et elle n’avait pas jugé bon se présenter quand il lui avait demandé. Il y avait des choses plus importantes à faire. S’échapper d’Almédia en était une.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Hall

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Dim 9 Oct - 13:19

Elle lui lança un œil noir et Sam sourit, de toutes ses dents bien blanches et alignées, plissant ses yeux noirs d'où quelques rides naquirent. Il la lâcha, légèrement amusé par son énervement. Elle le devança... il se dit que c'était pas plus mal, si quelqu'un devait se faire prendre en premier, ce sera elle, ce qui lui laisserait le temps de fuir.
En faisant bien attention à rester dans l'ombre, il inspecta le peut qu'il pouvait voir.


- Il faut qu’on trouve un endroit où se cacher.

- Bravo, vous avez trouvé ça toute seule ?

Samuel devenait facilement désagréable et un poil méchant quand il était nerveux et frigorifié, en effet, la nuit à Almédia était particulièrement fraiche. De plus quand vous êtes trempé. Il éternua très silencieusement, un simple petit pchiii se fit entendre, comme quand la pression remonte dans une bouteille. Samuel avait su apprendre à se faire discret même dans ce genre d'instant où le corps n'en faisait qu'à sa tête. Il reprit son analyse du bateau. Il vit à l'opposé des caisses suffisamment grande pour contenir des hommes. C'était à tenter... mais c'était risqué : il faudrait traverser le pont illuminé et bien gardé. Il y avait toutefois quelques monticules d'objets entassés qui pourraient les aider dans leur progression en se cachant derrière.
Il souffla à la femme.


- A moins que Mademoiselle ait une meilleure proposition, je vous conseille ceci, dit-il, assez froid, en désignant les caisses à l'avant.

Il aurait pu n'en avoir rien à foutre d'elle mais ce n'était pas son genre, qui plus est, s'il avait procédé ainsi, il y a de fortes chances que l'un d'eux se ferait prendre, mettant en péril l'autre. Alors que s'ils marchaient à deux, soit, il se faisait prendre ensemble, soit, il réussissait ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esha Minds

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Sam 15 Oct - 22:30

Esha ne répondit pas à la pique de l’inconnu. Elle n’avait pas envie de s’énerver de toute façon, cela ne leur attirait que des ennuis. Elle préférait collaborer avec lui, pour garder un œil sur lui. A deux, ils auront moins de chance de se faire repérer. Enfin, la jeune femme l’espérait …

- A moins que Mademoiselle ait une meilleure proposition, je vous conseille ceci, dit-il, assez froid, en désignant les caisses à l'avant.

Elle jeta un coup d’œil. C’était risqué mais c’était une bonne cachette. Il fallait tenter le coup.

- Puisque vous êtes si malin, passez devant, répliqua-t-elle à l’homme d’une voix glaciale

Elle le poussa en avant et le suivit des yeux. Quitte à risquer sa peau, autant le faire passer devant. Alors qu’il partait en direction d’un tas de cordage, elle s’élança à son tour, marchant dans ses pas, le plus discrètement et rapidement possible. Son cœur battait à cent à l’heure.

Ils traversèrent le pont du navire ainsi, allant de cachette en cachette, regardant de tous les côtés pour voir si la voie était libre. De temps en temps, la lumière de la lune éclairait le visage de l’homme, mais Esha ne le remarqua guère.

Finalement, ils atteignirent les caisses. Ce n’est que bien cachée et à l’abri des sentinelles qu’elle se rendit compte qu’elle avait froid. Très froid.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Hall

avatar

Messages : 41

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Ven 28 Oct - 12:07

Samuel ne sut dire qu'est ce qui fut le plus froid entre la mer et la jeune femme.

- Puisque vous êtes si malin, passez devant.

Et une pression dans le dos plus tard, Sam se retrouvait déjà au milieu du pont, sous le feu des projecteurs. Manquait plus que la guitare et le micro. ♫ Je m'appelle Samuel, allez tous au diable, je vous déteste tous ♪ Ca résumait bien l'actuel état d'esprit de notre grand grognon. Il lui balança un œil noir qu'il rattrapa rapidement, c'était mieux pour surveiller, éventuellement, les gardes. Qui surveille les garde ? Moi. Il grinça des dents mais se reprit vite, craignant que ce simple bruit puisse éveiller l'attention des sentinelles. A petit pas de loup rapides, il fonça comme si sa vie en dépendait, comme si le sol pouvait se résorber sous ses pieds à tout moment. Il sentait la présence de la femme juste derrière lui. Il fit bien attention à ce que jamais leurs corps ne se touchent. Il devait donc faire preuve d'autant plus d'habilité pour ne pas la percuter maladroitement. Ca pourrait paraître idiot et puéril mais sur ce point, il était comme ça. Soit il aime à la folie, soit il déteste de tout son être. Même s'il ne connait la personne que depuis quelques minutes. Cette attitude lui avait couté cher dans le passé mais que voulez-vous, on n'abandonne pas les mauvaises habitudes si facilement.

Ils continuèrent ainsi jusqu'au fond du bateau. La destination finale était bien sombre comme il le fallait. Sam inspecta rapidement les caisses. Elles étaient trouées par endroit, certainement dû à de trop nombreux chocs. Il jetait par moment de petits coup d’œil vers l'autre fraudeuse. Il remarqua qu'elle avait froid, et pas qu'un peu, ce qui fit naitre sur ses lèvres un petit sourire moqueur. Lui, n'avait pas froid (et qu'elle ne compte pas sur lui pour la réchauffer !), malgré ses vêtements trempées, il avait fait attention à ne pas trop se vêtir légèrement. Donc... il n'avait pas froid lui, héhé : D

Il ouvrit une caisse suffisamment grandes pour contenir deux hommes voire trois si on se tassait bien. Elles étaient étrangement vides. Il eu un instant d'hésitation. Ce n'était pas normal... peut-être était-ce l'heure du déstockage ? En tout cas ces caisses n'allait pas rester vides longtemps. Ce serait idiot de s'encombrer.
Il haussa soudain des épaules. Il se cacheront sous les couvertures et en voyant le volumes, les marins penseront certainement qu'elle sont pleines.
Il grimpa et s'installa dans un coin, prenant garde à ne pas trop s'approcher de la jeune femme. Il était étrange et un peu marrant de voir ce grand homme tout tenter pour prendre le moins de place possible.

Ils étaient maintenant tous les deux installés, à se regarder comme deux bêtes prêts à s'entre-déchirer. Il redemanda.


- Vous êtes qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esha Minds

avatar

Messages : 40

MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   Lun 14 Nov - 22:41


Esha ne faisait pas attention aux regards noirs que l'homme lui lançait. Elle en avait rien à faire. Il y avait tellement d'hommes sur Almédia qui la détestaient qu'un de plus ou un de moins, cela ne changeait pas la donne.

Le plus important était qu'elle avait finalement réussi à s'échapper. Le lendemain, si tout se passait bien, elle n'aurait plus qu'à se présenter au capitaine du navire et lui demander si elle pouvait travailler sur le bateau.

Et enfin elle serait libre, avec un travail, un repas, une couche. Elle pourrait enfin goûter l'air pur et marin, la grandeur du monde et sentir la délicieuse odeur de la liberté.
Mais avant tout, il fallait passer la nuit dans cette caisse puant la vinasse avec cet almédien qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam.

Ils se cachèrent tous deux sous des couvertures rêches et graisseuses, mais qui apportaient un peu de chaleur. Esha se replia en position fœtus, frottant vigoureusement ses bras pour se réchauffer.

- Vous êtes qui ?


La voix grave de l'inconnu retentit, bien qu'étant guère plus qu'un murmure. Esha releva la tête vers l'origine du son. Elle ne voyait plus rien et ne pouvait s'empêcher de trouver ça inquiétant. Elle posa sa main sur sa dague, par précaution puis répondit.

- M'appelle Esha. Et vous ?

Elle en avait rien à faire de qui il était. C'était juste un semblant de bonne manière qui lui restait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Continents à la dérive, qui m'aime me suive.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Continents à la dérive, qui m'aime me suive.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui m'aime me suive !
» qui m'aime me suive ?
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» [Inutile] J'aime / J'aime pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« BEYOND THE SILVER SEA » :: 

♪ Almédia

 :: Plages d'Almédia
-
Sauter vers: