Partagez | 
 

 Première tentative [Son Altesse]

Aller en bas 
AuteurMessage
Joshan Rondray
Rebelle
Rebelle
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Première tentative [Son Altesse]   Lun 5 Sep - 19:39

J'essayais de me faire petit , mais je dois avoué que c'est plutôt compliqué quand on fait un mètre quatre-vingt et que l'on sent la cigarette à un mètre. Surtout que cette odeur ce sent très fort quand on est dans un lieu très soigné et parfumé à la goutte près. Effectivement, je suis le premier de mon clan à avoir passé la porte des stupides gardes qui ont mordus à l'hameçon d'un de mes confrères très doué pour jouer de la comédie. Mon but précis aujourd'hui, c'est de voler la couronne de notre très chère aimée altesse royale. Si j'ai sa couronne, je peux dire qu'elle est détronnée par son propre manège et que ces gardes seront justes.. Débiles. Désolé de le dire ainsi mais je parle comme ça, je ne vois pas pourquoi d'un jour à l'autre je changerais ma façon de parler pour faire bonne impréssion à d'autres ! Bien au contraire, j'ai l'air peut-être encore sympathique mais là, vous vous trompez.. Dès la première occasion, je vole même à mes amis .. comment voulez-vous que je vive ? A par si au contraire , vous voulez ma mort . Alors là , vous êtes sur la très bonne voie. C'est exemplaire, puis-je vous premettre. Bon allez , revennons au chose sérieuse !

Première étape, passer le hall d'entrée : La reine n'est pas bête, elle sait très bien que un jour quelqu'un essayerait de passer et c'est pour ça qu'elle a mit à dispotition dans chaques pièces à par sa chambre et son salon, des gardes. Je n'ai pas vraiment très peur des gardes, c'est juste que je ne dois pas me faire prendre par plusieurs gardes en même temps si non je suis mal au point et quand je dis mal au point, c'est vraiment très mal. Je n'imagine pas ce que ferait Coleen si elle me trouve en train de prendre sa couronne.

Je me mis sur la pointe des pieds et passa comme une souris à travers du hall, de la cuisine et de la blibliothèque. Jusque là, ça va mais c'est là que ça se complique. Il se trouve que la couronne se situe dans le salon mais devant la porte du salon se trouvent deux soldats prêts à attaquer n'importe quels intrus. Je me cachais derrière une des armoires à livres , je pris un cailloux qui se trouvait dans ma poche trouée et le lança au loin pour les distraire ce qui marcha , tous les deux suivirent le bruit.

-Et toi ! Qui es-tu ?! me demanda un soldat qui était visiblement derrière-moi. Ce cris appela les deux autres soldats et ils sont très vites arrivés pour pouvoir l'aider.

-Appelez Reine Coleen , s'il-vous-plait . Et tout de suite , un des soldats frappa à la porte du salon en attendant l'arrivée de leur souveraine. Mais je n'avais pas peur , ça faisait partie de mon plan. J'avais tout prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coleen II
Reine d'Etha
Reine d'Etha
avatar

Messages : 112
Age : 24
Pseudo habituel : Dark Heresy, Kerrigan, Béa.

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Mer 7 Sep - 19:12

    Le grand salon, sans doute l’une des pièces les plus agréables et spacieuses de Coleen Palace. Je me plais à venir y flâner quelques heures quand mon emplois du temps surchargé me le permet. Rarement, donc. Car contrairement à la croyance populaire, la vie d’une reine est loin de n’être faites que de banquets et de plaisirs. Oh que non, contraintes et obligations y tiennent en vérité la part la plus importante. Mais ce jour-ci fait exception aux autres, j’ai fait en sorte de me libérer de toutes mes obligations, le temps d’une après-midi, pour me consacrer uniquement à ce qui m’est le plus cher au monde : ma propre personne.

    J’ai été sollicitée de toute part ces derniers temps, et la fatigue commence à se faire sentir. Alors qu’elle mal y aurait-il donc à prendre un repos bien mérité ? Mes ministres, l’état-major, mon peuple… Tous ne sont que quantité négligeable, tous peuvent bien attendre. Surtout le peuple d’ailleurs.

    J’ai donc donné ordre à ma garde personnelle de rester postée à la porte, empêchant quiconque voudrait me déranger d’entrer. Eh oui, beaucoup seraient sans doute ravis de venir me tenir compagnie, espérant ainsi s’attirer mes faveurs. Mais à quoi bon me compromettre avec des inférieurs ? A quoi bon devoir supporter leur horripilante conversation, alors que le simple silence est si agréable. Oui, la seule compagnie que je recherche, c’est la mienne. Je me suffis à moi-même et il en sera toujours ainsi.

    La seule chose que je n’avais pas prévu, c’est que c’est mes gardes eux-mêmes me dérangeraient. J’entends en effet l’un d’eux frapper deux coups secs à la porte. Aucune réaction de ma part. Il me semblait pourtant avoir été claire. Personne ne devait venir m’importuner… Mais loin de s’interrompre les coups se font de plus en plus insistants, me laissant présager que la situation est peut-être plus grave que je ne l’imaginais. Je n’ai donc d’autre choix que d’aller ouvrir, mais il me faut avant cela prendre quelques précautions. Ma première précaution est d’activer le champ de force qui protège le magnifique présentoir qui trône au centre de la pièce (et sur lequel repose ma non moins magnifique couronne.) Ensuite de quoi je vérifie que le petit revolver à broche que je garde toujours sur moi est bien à sa place, dissimulé dans les plis de ma longue robe. Facilement accessible en cas de besoin donc. Un souverain n’est jamais trop prudent… Après quoi je me dirige à pas rapide vers la porte et l’ouvre brusquement. Dehors, trois de mes gardes m’observent d’un air embarrassé et avec eux se trouve un homme que je n’ai jamais vu, et que j’aurais souhaité ne jamais voir. Si l’individu est plutôt agréable à regarder, il manque cependant cruellement de distinction et je ne peux retenir une moue vaguement écœurée tant l’odeur de tabac qu’il dégage est forte.


    - Eh bien, que se passe-t-il donc ? Je commence en lançant à mes gardes un regard des plus glacial. Il me semblait bien avoir précisé que je ne désirais voir personne aujourd’hui.

    En termes maladroits, le capitaine de la garde m’explique que le jeune homme, qui s’est introduit dans le palais d’une façon encore obscure, demande à me voir.

    - Capitaine… Pensez-vous vraiment qu’il était bien avisé de venir me déranger pour cela ? Pensez-vous vraiment que j’ai du temps à perdre avec tous les miséreux qui grouillent dans cette ville ?... Non, vous ne pouvez tout de même pas être stupide à ce point, n’est-ce pas ?

    Le pauvre garde ne sait visiblement plus où se mettre, ni ce qu’il convient de faire. Il secoue vaguement la tête en signe de dénégation.

    Un imbécile, voilà tout. Je n’ai aucunement besoin de pareil idiot à mon service et celui-là peut s’attendre à recevoir une lettre portant le cachet royal dès demain. Mais cela il est inutile de le lui préciser pour l’instant.

    - Alors, faites donc votre travail, bande d’incapables ! Et jetez-moi ce misérable dehors.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshan Rondray
Rebelle
Rebelle
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Mer 7 Sep - 20:00

Très rapidement, notre Altesse royale d'Etha arriva d'un pas très rapide et sans aucunes secondes à attendre elle jetta un regard méchant à ses gardes. A vrai dire, j'aurais fais pareil. Comment une reine possèdant au tant de pouvoir avait-elle des gardes aussi nuls que des cannetons qui apprennent la nage. Enfin, pour moi dans ces conséquences c'était plutôt bénéfique car grâce à eux j'ai pû me faufiller jusqu'ici à être devant Coleen II. Robe bien taillé, allure fière et arrogante, elle était plutôt élègante normale pour une majesté, vous allez me dire.

- Eh bien, que se passe-t-il donc ? Il me semblait bien avoir précisé que je ne désirais voir personne aujourd’hui.

Elle lançait un regard très glacial à ses gardes, ils savaient tous qu'ils avaient échoués leurs métiers en fesant cette acte.

- Capitaine… Pensez-vous vraiment qu’il était bien avisé de venir me déranger pour cela ? Pensez-vous vraiment que j’ai du temps à perdre avec tous les miséreux qui grouillent dans cette ville ?... Non, vous ne pouvez tout de même pas être stupide à ce point, n’est-ce pas ?

Entre ces deux-là visiblement , ça n'allait pas l'air d'aller bien. Enfin , je comprennais la réaction de mademoiselle sa majesté ! Je n'aurais pas vraiment aimé. Elle tourna un regard dégouté vers moi, je sentis ma veste et mon odeur tabac est de plus en plus forte.

- Alors, faites donc votre travail, bande d’incapables ! Et jetez-moi ce misérable dehors.

Les gardes sous son ordre juste de peur de se faire licencier , me tirairent vers la sortie. Croyez - vous vraiment que j'allais me laisser faire. Oh que non, je sais très bien me défendre.

-Et.. Tu ne comprends pas que ce que tu fais ce sert à rien ? Tout façon, demain tu seras renvoyé ! Ecoute comment elle te parle, franchement tu n'es pas à sa merci , mec. Tu es un homme libre. ai-je chuchoté à un des gardes qui me portait.

Le garde regarda derrière-lui, la reine s'éloigner de son champ de vision. Il avait l'air de souffrir ce gars. Aussitôt il me lacha et il déposa ses armes au sol et partit dehors du château . Yes un en moins. Maintenant , éspèrons que ces frères le suivent.

Stupidement, je fis un clin d'oeil insolent à la culte beauté d'Etha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coleen II
Reine d'Etha
Reine d'Etha
avatar

Messages : 112
Age : 24
Pseudo habituel : Dark Heresy, Kerrigan, Béa.

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Mer 7 Sep - 21:28

    Sans plus me soucier de mon odieux visiteur, je regagne le grand salon et m’attable à mon bureau pour rédiger la lettre qui anéantira sans doute les espoirs de toute une famille. Mais ce constat ne me cause pas le moindre émoi. De quoi devrai-je donc me sentir coupable ? Quand on fait une erreur, il est normal d’en subir les conséquences et en l’occurrence, ce capitaine en a commis une terrible : oser me déranger.

    Alors que je pose la pointe de ma plume sur le papier, un grand fracas se répercute à l’extérieur de la pièce. Alarmée, je regagne aussitôt le couloir que je viens de quitter, pensant que mon charmant visiteur a pu être des velléités de rebellions envers mes gardes. Mais je me trompe. Ce bruit n’était pas celui d’un homme qui lutte, mais des armes qu’on a lâchement abandonné à terre. Et le coupable n’est autre que le capitaine que je m’apprêtais à renvoyer. Je le vois ensuite s’éloigner à pas rapide en direction de la sortie.

    Trahison, voilà le seul mot qui me vient à l’esprit à cet instant. Comment ce lâche ose-t-il déserter ainsi ? Comment ose-t-il abandonner sa reine ? Mais surtout, comment peut-il être assez stupide pour penser qu’il peut me trahir ainsi et partir sans que je fasse rien pour l’en empêcher… Non, avec moi il n’y a aucune désertion possible. Ceux qui ne sont pas dignes de me servir, c’est moi qui les choisis. Et ceux qui désertent… Ceux qui désertent meurent.

    Je m’approche à grand pas de l’endroit où le capitaine a abandonné ses armes. Ses deux collègues s’y trouvent encore, maintenant le jeune homme immobile. Sans doute, est-ce lui qui a réussi à convaincre mon officier de m’abandonner…

    Au vu des regards hésitants des deux gardes restant, je comprends qu’il ne faudrait pas grand-chose pour qu’ils imitent leur supérieur. Il me faut donc leurs remettre les idées en place avant qu’ils ne commettent un acte stupide qui les perdraient à coup sûr. C’est le clin d'oeil arrogant que m’adresse le jeune inconnu qui achève de me persuader sur la méthode qu’il me faut employer.

    Lui rendant son sourire, je sors tranquillement mon revolver des longs plis de ma robe, avant de le braquer sur le dos du capitaine qui s’éloigne toujours à grands pas. Une forte détonation se fait entendre alors je que j’appuie sur la détente, sans qu’aucun muscle de mon visage n’exprime la moindre émotion. Une tâche rouge vient fleurir en plein milieu du dos du déserteur, une tâche qui s’élargit imbibant lentement le tissu blanc de l’uniforme. Et le capitaine s’écroule face contre terre.

    Une détonation de cette ampleur pouvant difficilement passer inaperçue, une dizaine de soldat ne tardent pas à rappliquer dans le couloir. Non pas de ces imbéciles de gardes incapables, mais des membres des Brigades de la reine, chargés entre autre de traquer les rebelles. Alors que les brigadiers prennent position au bout du couloir, interdisant ainsi toute retraite, je lance un regard interrogateur aux deux gardes restant.


    - Alors ? L’un de vous veut-il être le prochain ?

    Tous deux secouent frénétiquement la tête.

    - Parfait. Il est donc temps de m’intéresser à mon… invité, dis-je en souriant à nouveau au jeune inconnu. Puisqu’il ne souhaite apparemment pas partir, je vais lui faire l’honneur de l’accepter en ces lieux. Au moins jusqu’à ce qu’il apporte des réponses à mes questions.

    Je m’approche un peu du jeune homme, tout en conservant tout de même une distance suffisante pour pouvoir réagir s’il lui prenait l’envie de m’attaquer. Ce qui serait fort stupide, s’il tient à la vie. Mais sait-on jamais ? Tous ces miséreux de la ville basse ne sont pas réputés pour leur intelligence.

    - Alors jeune homme, dis-je en m’adressant cette fois directement à lui. Quel est donc ton nom ? Je te conseille de me donner le vrai du premier coup. Cela m’irriterait vraiment beaucoup d’avoir à reposer la question. Et crois-moi, tu n’aimerais pas me voir en colère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshan Rondray
Rebelle
Rebelle
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Jeu 8 Sep - 20:03

La reine comme je l'avais deviné, allait réagir très rapidement comme je l'avais prévu d'alleuirs. Ce n'était pas trop dur de comprendre ce qu'elle allait faire après. Elle s'approcha des armes délaissés du capitaine honteux qui l'avait abbandonné. Je n'aurais pas aimé mais le but était là, je devais faire souffrir les deux gardes présents. Elle leva l'arme qu'elle cachait dans sa robe et la leva en direction du déserteur. Chacuns de nous savaient très bien ce qu'il allait se passé par la suite. Je ferma les paupières jusqu'à entendre le "pan" de son petit fusil meurtrier. Je n'aurais pas fais ça à sa place, si j'avais des cachots , je m'en serais servis dignement pour en fermer ce traitre et pour qu'il souffre plus longtemps. Je sais bien, je suis diabolique.

Je tourna un regard coupable vers les autres gardes qui eux laissaient la tristesse envahir chacuns de leur yeux. Glups. Et dire que tout ça c'est ma faute. Mon erreur. Je suis seul face à la mort à présent c'est certain.

- Alors ? L’un de vous veut-il être le prochain ?

Moi. Voilà la réponse. Je savais que la question était déstiné aux gardes mais; j'en avais marre de souffrir . J'en ai marre de devoir , me cacher , survivre grâce à certaines personnes dotant d'une bontée plus qu'excpetionnelle.

- Parfait. Il est donc temps de m’intéresser à mon… invité, dis-je en souriant à nouveau au jeune inconnu. Puisqu’il ne souhaite apparemment pas partir, je vais lui faire l’honneur de l’accepter en ces lieux. Au moins jusqu’à ce qu’il apporte des réponses à mes questions.

La reine se rapprochai lentement de moi, en laissant tout de même une distance convenable pour pouvoir se protéger, sûrement. Croyait-elle que je n'avais aucune intelligence ? Sûrement, tout ceux qui sont de la haute maison surtout la reine, sous-estime trop à mon goût les gens comme moi ! Si nous sommes vivants c'est que nous sommes pas si bêtes que ça !

-Alors jeune homme. Quel est donc ton nom ? Je te conseille de me donner le vrai du premier coup. Cela m’irriterait vraiment beaucoup d’avoir à reposer la question. Et crois-moi, tu n’aimerais pas me voir en colère.

Je ravala ma salive . Croyait-elle vraiment que j'allais lui mentir . Peut-être . Peut-être pas, comment pouvait-elle le savoir après tout.

-Hahaha, ai-je rigolé. Joshan , mon altesse. ai-je continué en fesant la révèrance à la jeune reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coleen II
Reine d'Etha
Reine d'Etha
avatar

Messages : 112
Age : 24
Pseudo habituel : Dark Heresy, Kerrigan, Béa.

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Jeu 8 Sep - 23:48

    En guise de réponse, je dois essuyer un rire vaguement ironique. Et cette réaction des plus inappropriées me laisse perplexe, je dois bien l’avouer. Comment un homme se trouvant dans une situation aussi catastrophique peut-il encore avoir le cœur à rire ? Ce garçon n’a-t-il donc pas réalisé l’enjeu de cette discussion ? Car l’enjeu c’est sa vie et rien de moins. Oh, il est vrai que pour une personne royale, la vie d’un gueux sorti tout droit des « entrailles » de notre chère ville n’a guère de valeur. Mais pour lui… Il ferait mieux de me répondre et vite.

    - Joshan , mon altesse, me lance-t-il finalement, ponctuant ses paroles d’une révérence qui m’insulte purement et simplement.

    Le voir ainsi me défier me cause une irrépressible envie de l’envoyer dans l’instant rejoindre mon capitaine de la garde dans la mort et je caresse machinalement la crosse finement ouvragée de mon revolver… Mais non, une telle décision serait stupide et irréfléchie et une reine ne peut se permettre d’agir de la sorte. Il me faut avant tout considérer l’ensemble des options possibles et en l’état actuel des choses, seules deux me semblent probables. Un homme capable de venir ici, me défier dans mon propre palais, ne peut appartenir qu’à deux catégories de personnes : Soit c’est un simple d’esprit, incapable de mesurer la portée de ses actes (Le tuer deviendrait alors une excellente solution.) Soit c’est l’un de ces rebelles qui se terrent dans la ville basse et contestent mon autorité. Et mon instinct très sûr me souffle que la seconde option est la bonne. Si c’est bel et bien le cas, alors il me faudrait découvrir pourquoi cet homme a pris le risque de s’introduire chez moi. Un acte aussi lourd de conséquences potentiellement dramatiques devait bien être motivé par quelque chose. Et ce but, je me dois de le découvrir. Il en va de ma sécurité, ainsi que de celle de cet état. Il me serait également possible d’obtenir grâce à lui, de précieuses informations sur les groupes résistants, que je combats depuis des années sans pour autant réussir à leur porter de coup fatal. Mais si je parvenais à découvrir où ils se cachent, qui a rejoint leurs rangs et surtout leurs projets, alors plus rien ne pourrait m’empêcher de mater définitivement la rébellion !

    Mais je m’emporte. Rien ne prouve pour l’instant que ce garçon soit bel et bien un rebelle. Et avant toute chose, il me faut vérifier que l’identité qu’il m’a décliné est bien la bonne. J’adresse donc un signe à l’un des brigadiers qui s’empresse de venir me rejoindre, et lui demande de vérifier dans les registres si nous avons connaissance d’un certain Joshan - un prénom peu courant - qui pourrait être affilié à la rébellion. Le garde s’éclipse et un lourd silence s’installe jusqu’à ce qu’il refasse enfin son apparition, un dossier à la main. Une fois les documents en ma possession, je les parcours rapidement. Devant moi s’étale une très jolie photographie du jeune homme, accompagné d’un monceau de paperasse administrative. Toutes les informations dont j’ai besoin sont là.


    - Eh bien, je dois avouer que je suis assez surprise de constater que tu as été sincère avec moi. Je ne pensais pas que la moindre vérité puisse sortir de la bouche de racailles dans ton genre, Joshan.

    Je jette un œil à mes papier pour vérifier son nom complet.

    - Joshan Rondray, qui semble avoir le vol dans la peau si j’en crois ce dossier. Vol à la tire, vol à l’étalage… Joli palmarès. Tu espérais peut-être voler quelque chose à ta reine Joshan ?

    Le fait qu’il puisse ne serait-ce qu’envisager tenter de me dérober quoi que ce soit me parait juste risible, et c’est ainsi qu’il faut interpréter le sourire faussement aimable qui vient ponctuer ma question.

    Sans attendre de réponse, je reprends à nouveau la parole.


    - Vois-tu Joshan, si tu n’étais qu’un banal voleur comme il en prolifère de toute part dans les bas quartiers, je serais prête – dans ma grande mansuétude - à oublier la folie que tu viens de commettre et même, à te libérer dans l’heure… Mais tu n’es pas un banal voleur, n’est-ce pas ?

    Je jette son dossier à ses pieds et la paperasse s’éparpille de toute part sur le sol. Mais ce qui saute aux yeux, c’est la très belle photo en noir et blanc qui le représente. Une photo barrée d’une large croix rouge.

    - Tu voix cette croix Joshan ? Et j’imagine que tu sais ce que cela veut dire n’est-ce pas ?... Cela signifie que tu es soupçonné d’être un de ces traîtres rebelles. Ce qui fait de toi un homme à abattre.

    La sentence a été prononcée sur un ton calme, presque aimable. Seule la froideur de mon regard me trahit.

    - Crois-moi, rien ne pourrait me faire plus plaisir que de te coller moi-même une balle dans la tête. Néanmoins… Un arrangement est envisageable. A condition que tu acceptes de répondre à mes questions. Et la première de ces choses que je veux savoir, c’est pour quelle raison tu t’es introduit dans mon palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joshan Rondray
Rebelle
Rebelle
avatar

Messages : 16

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Ven 9 Sep - 19:58

Elle n'avait l'air de pas croire que mon propre nom était celui de Joshan. Cela l'avait supprise que je ne lui mentais pas ! Pourquoi ferais-je cela ? Je ne vois pas vraiment le quelconque intèrêt , vraiment pas.

- Eh bien, je dois avouer que je suis assez surprise de constater que tu as été sincère avec moi. Je ne pensais pas que la moindre vérité puisse sortir de la bouche de racailles dans ton genre, Joshan.

Comme d'habitude, j'ai raison encore une fois. J'ai l'habitude, je suis intelligent au naturel .(rire) Après , que je réanalyse ça phrase, je réenregistra le mot ''racailles''. Nous ne sommes pas des racailles ! Nous sommes des gens ayons bon coeur ! Si elle s'avait ce qui se trouvait en bas du village ! Des familles pauvres sans manger ! Des vieilles personnes sages, qui nous conseil mais qui pourtant sont sur le point de mourrir de soif. Des enfants abbandonnés par leurs parents parce qu'ils ont commis une bétise.. Des femmes enceinte , qui ont été abbandonné par le père de l'enfant qu'elles vont peut-être faire naître. Et il y a des gens comme moi, nous sommes peu, mais nous sommes là. Pour les aider, pour leur porter notre aides. Je suis un voleur, mais un gentil voleur pourons-nous dire. Et si je sais , continuer ma phrase, peut-être qu'en haut je suis un voleur , une racaille, un mauvais gars ,.. mais en bas, je suis l'un de ses sauveurs , un espoir de plusieurs vies qui sont à la merci d'autres. Il faut les aider. Moi et mes groupes , fesons que ça. C'est devenu notre raison de vivre : Voler pour aider, aider pour vivre , vivre pour mourrir.

- Joshan Rondray, qui semble avoir le vol dans la peau si j’en crois ce dossier. Vol à la tire, vol à l’étalage… Joli palmarès. Tu espérais peut-être voler quelque chose à ta reine Joshan ?

Biensûr , mais si elle allait pensé que j'allais lui dire ? Je ne veux pas qu'elle descente avec ses gardes tuer ses pauvres familles, ses tristes gens , ... Et surtout ces enfants.. Particulièrement : Philipinne. C'est une petite fille de huit ans , je pense. Elle est orpheline. Elle n'a ni frères, ni soeurs et ni grand-parents. La totale quoi ! Alors , même si je n'avais jamais pensé à ma fonction de père, je la prend sous mon aile et vit comme si c'était ma petite soeur ou presque ma fille, même si je sais que déjà de un ça va être dur de trouver une femme ! Tout le monde me détèstent.. Sauf elle et les gens du bas. Je l'aime Philipinne. Elle me fait rire et me donne toujours le sourire. Je ne comprends jamais pourquoi , elle n'est pas triste avec tout ce qui lui arrive et qu'elle se trouve dans un environnement funesque.

- Vois-tu Joshan, si tu n’étais qu’un banal voleur comme il en prolifère de toute part dans les bas quartiers, je serais prête – dans ma grande mansuétude - à oublier la folie que tu viens de commettre et même, à te libérer dans l’heure… Mais tu n’es pas un banal voleur, n’est-ce pas ?

C'est le cas de le dire. Je lui fis un signe de tête d'affirmation et laissant mes yeux se mouiller. Elle jeta le dossier qu'elle tenait en main par terre.
Il y avait une croix rouge sur moi.. C'est pour ça ; que je pleurais. Et c'est la seule chose. Un homme pleurer ?! Qui a déjà vu ça .. C'est bien la première fois que je pleure de ma vie. Je pleure pas par peur de mourrir mais qu'est-ce que va devenir ma petite adoptée blondinette sans moi !?

- Tu voix cette croix Joshan ? Et j’imagine que tu sais ce que cela veut dire n’est-ce pas ?... Cela signifie que tu es soupçonné d’être un de ces traîtres rebelles. Ce qui fait de toi un homme à abattre.

Mais qu'elle me tue , alors ! Qu'attend-elle de moi ?

- Crois-moi, rien ne pourrait me faire plus plaisir que de te coller moi-même une balle dans la tête. Néanmoins… Un arrangement est envisageable. A condition que tu acceptes de répondre à mes questions. Et la première de ces choses que je veux savoir, c’est pour quelle raison tu t’es introduit dans mon palais.

Je m'approchai sans crainte d'elle , en éspèrant qu'elle sache que je vais rien lui faire à cette pauvre reine. Elle nous détèste c'est simple. Je ne voulais pas la brusqué cette femme mais je n'avais pas le choix si je voulais aider les miens , je devais me sacrifier. C'est ainsi .

-Vous savez ce qu'il y a en bas de votre royaume ? Des racailles comme vous dites si bien ! Et savez-vous ce qu'elles font ces racailles ? On volent . Jusque là, je me permet de vous dire bravo ! Mais si je fais ça , c'est pour aider les gens d'en bas , qui meurent de faim et de soif, qui n'ont qu'un vêtement , qui n'ont ni confort ni chez soi. Ils vivent dans la rue tout comme moi ! Et ce que j'allais vous volez très chère, c'était votre couronne. Et excusez moi. Cela aurait permis de sauver plus d'une vie. Maintenant, si vous souhaitez tuer moi . lui ai-je avoué et en lui ouvrant mes bras de façon suicidaire tout en pleurant comme un petit garçon courageux qui malgré tout avait perdu sa famille.

J'éspèrais ne pas avoir dit une bétise et que cette reine pouvait faire preuve d'amour mais ça je n'en doutais pas ! Chacuns est doté d'un coeur ! Elle aussi , mais c'est à elle de le montrer. Triste de plus en plus, je m'écroula à genous au sol en baissant la tête. Ce n'étais pas du théatre ou de la mise en scène , c'était réel.



[Hrp : J'ai battu mon reccord de lignes et d'applications ! Bonne lecture .. malgré mes fautes ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coleen II
Reine d'Etha
Reine d'Etha
avatar

Messages : 112
Age : 24
Pseudo habituel : Dark Heresy, Kerrigan, Béa.

MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   Sam 29 Oct - 17:39

    Alors que je le toise de mon regard le plus méprisant, Joshan s’avance vers moi. Instinctivement, je porte la main à mon arme, persuadée qu’il va tenter de me jouer l’un de ses mauvais tours. Mais il n’en est rien. Le jeune homme se contente d’écarter les bras, comme s’il s’apprêtait à me serrer contre lui. Ce qui est tout de même surprenant alors que je viens d’exprimer haut et fort mon désir de mettre personnellement fin à son existence. Ce garçon est décidément bien étrange.

    - Vous savez ce qu'il y a en bas de votre royaume ? Des racailles comme vous dites si bien ! Et savez-vous ce qu'elles font ces racailles ? On volent. Jusque là, je me permet de vous dire bravo ! Mais si je fais ça, c'est pour aider les gens d'en bas, qui meurent de faim et de soif, qui n'ont qu'un vêtement, qui n'ont ni confort ni chez soi. Ils vivent dans la rue tout comme moi ! Et ce que j'allais vous volez très chère, c'était votre couronne. Et excuse-moi. Cela aurait permis de sauver plus d'une vie. Maintenant, si vous souhaitez tuer moi.

    Cette tirade enflammée achevée, le jeune s’effondre à mes pieds, en larmes. Je reste un instant perplexe. Allons bon ! Quel genre de comédie me joue donc-t-il là ? Les rapports à son sujet ne précisaient pas qu’il avait un tel don d’acteur. A moins… que ses larmes et ses paroles ne soient sincères. Est-il réellement possible qu’il se soit introduit dans mon palais pour me voler ma couronne et ce dans le seul but de venir en aide à ses semblables ? Seul le désespoir pourrait pousser un homme à commettre un tel acte, mais le désespoir semble être une émotion que mon «invité» connait. Je serais presque tentée de croire à la soi-disant honorabilité de ses actes.

    Mais qu’espère-t-il donc exactement en se comportant de la sorte ? Que ses paroles et ses larmes vont me toucher au plus profond de mon cœur pur et innocent ? Peut-être faudrait-il qu’on lui explique que mon cœur est acier et que mon innocence m’a quitté il y a de cela bien des années. Je sais très bien ce qu’il se passe en mon royaume. Je connais le sort de tous les miséreux qui vivent dans la ville basse. Oh oui, je le connais même très bien. Mais je n’en ai que faire. A quoi bon gaspiller l’argent de l’état à aider toute cette populace inutile ? Ce ne serait guère rentable. Surtout qu’en venant en aide à ces gens, je fournirais, par la même occasion, d’avantage de moyens aux groupes rebelles qui contestent mon autorité. Non, le sort du peuple ne m’intéresse pas. Et puis, après tout, les inégalités ne sont pas nouvelles. De tout temps sur Etha, il y a eu les dirigeants… Et les autres. Il en a toujours été ainsi et cela ne changera jamais. Mais mon invité semble lui vouloir remettre en cause tout cet « équilibre » établit depuis maintenant plusieurs centaines d’année. Seul, il n’a bien évidemment aucune chance, mais tous ensembles… Les rebelles sont suffisamment nombreux pour menacer le pouvoir. C’est pourquoi il me faut tous les anéantir. Mais avant d’en venir aux réjouissances, il me faut d’abord les trouver. Et j’ai bien l’impression que mon jeune ami pourrait m’y aider. Je décide donc d’adopter avec lui une autre tactique, une peu plus subtile que l’évident mépris que je lui ai réservé jusqu’à maintenant.

    Je m’accroupis, de sorte que je suis à présent toute proche de Joshan. Ma main attrape délicatement la sienne et quand je reprends enfin la parole, mon ton s’est nettement radouci. Envolée la colère et le mépris. Place au calme et à la douceur.


    - Je n’aurais jamais pensé dire cela d’un rebelle un jour mais… Je dois reconnaître que je tu m’impressionnes. Si tu as réellement pris le risque de me défier ainsi uniquement pour venir en aide à tes semblables… Je suis capable de reconnaître l’honorabilité d’un geste, même quand celui-ci me nuit. Mais malgré cela… Tu comprends bien que je ne peux pas te donner ce que tu es venu chercher. Qu’un rebelle parvienne à me dérober ma couronne me couvrirait de ridicule et cela, je ne peux le permettre. En revanche… Je peux te donner de l’argent. Suffisamment pour subvenir aux besoins de tous ceux qui te sont chers. A conditions que tu acceptes de me fournir certaines informations…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première tentative [Son Altesse]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première tentative [Son Altesse]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne
» Tentative de vol de sac à main... qui tourne court !!!
» Tentative de meurtre à l'exodar
» Le 26 mai... La première armée permanente française...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
« BEYOND THE SILVER SEA » :: 

♪ Etha

 :: En Haut :: Coleen Palace
-
Sauter vers: